nos articles / pour notre foi/ /PAGE 1 - 2 - 3 - 4  -  5
appellent à la vengeance divine en accumulant les imprécations et les malédictions les plus terribles. Dans ce cas, la version liturgique supprime les versets contestés ou les met entre parenthèses.
Ces passages, malgré leur accent outrancier, ne remettent pas en cause l’intérêt des psaumes. Au contraire, car ils rappellent que la puissance du mal est toujours à l’œuvre aussi bien en nous-mêmes que dans le monde. Le Christ lui-même n’a pas hésité à prononcer des malédictions non pour condamner les hommes mais pour les inviter à la conversion. Le cœur de la prière biblique est l’expression d’une lutte et d’un combat permanent pour la justice de Dieu contre l’injustice du monde.
Le croyant est angoissé devant l’impiété qui l’environne et l’accable. « Seigneur qu’ils sont nombreux mes adversaires, nombreux à se lever contre moi, nombreux à décharger à mon sujet : Pour lui, pas de salut auprès de Dieu » (Ps 3. 2-3). La complainte se fait insistante « Ecoute mes paroles, Seigneur comprends ma plainte ; entends ma voix qui t’appelle ô mon Roi et mon Dieu ! » (Ps 5. I-2).
Tout croyant se reconnaît dans cette supplication car il est affronté à une tentation permanente qui ébranle sa fidélité à Dieu. C’est en se référant au psaume 2l, celui que Jésus précisément a évoqué sur la croix, que saint Pierre met en garde ses chrétiens : « Veillez ! votre adversaire diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant  qui dévorer » (1P 5,8).
D’ailleurs, le mal ne vient pas toujours de l’extérieur car le péché est dans le cœur de l’homme. La liturgie ne manque pas de nous le rappeler en prescrivant la récitation du psaume 50 aux laudes de chaque vendredi. « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour; selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense » (Ps 50, 3-4). Tout en acceptant ses faiblesses, le fidèle sait qu’il peut faire confiance à Dieu « Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé » (Ps 50, 19).
Cette prière est celle de tous les temps. Les psaumes sont l’expression du croyant affronté aux événements de la vie et à ce